A la pistache d’Iran ou au pralin du Piemont, Serge part toujours du produit de base.